Aux sources de l'a´kido

Aux sources de l'a´kido

Dimanche 30 avril

Ce matin, vraiment grasse matinée ! Tomomi san, fille de maître Kobayashi, nous rejoint à 9h à l’hôtel. Nous échangeons des cadeaux avant de partir visiter le temple Nezu Jinja où la lieu la fête des azalées.

Tout le jardin, situé sur une pente au dessus du temple, est planté d’azalées précoces ou tardives taillées en boules. La floraison dure un mois. C’est un festival de formes et de couleurs éclatantes. Une allée de portails rouges longe le temple.

Sur les chemins sur le côté et à l’arrière du temple sont installés des marchands qui vendent toutes sortes d’articles artisanaux et de nourritures : pâtes, boulettes diverses, saucisses de Francfort ….

Nous goûtons les boulettes d’Osaka au poulpe que le cuisinier retourne avec un très joli mouvement nikkyo – ko te gaishi pour les aïkidokas, et les bananes trempées dans le chocolat et recouvertes de vermicelles multicolores.

 

Nous nous dirigeons vers le parc d’Ueno, avec son lac où naviguent des pédalos en forme de cygnes roses. Nous le traversons pour aller vers le quartier d’Asakusa. Un groupe part visiter Akihabara « le quartier électrique », quartier des geeks et de l’électronique.

 

L’autre groupe emprunte une rue où l’on trouve toutes sortes de matériels de cuisine et des magasins qui vendent  des objets en plastiques, que les restaurants présentent dans leurs vitrines pour montrer les plats qu’ils préparent. Même les canettes de bière ont l’air d’être vraiment gelées.

 

Vers 15h, tout le monde se retrouve à Asakusa avec ses immenses rues commerçantes couvertes. Sato senseï et Midori san arrivent d’Osaka et nous visitons les boutiques du quartier pour trouver les derniers petits cadeaux.

 

A 18h30, Sato senseï nous emmène dans un restaurant au 5ème étage d’un immeuble du quartier où les commandes se font par des tablettes posées sur les tables. La livraison des chopes de bière est quasi immédiates et leur rotation impressionnante. Toutes sortes de petites assiettes arrivent sur les tables comme par magie.

 

A 19h30, nous traversons la rue pour aller dans une boîte à karaoké. Sato senseï réserve un salon pour 1h30. Des déguisements sont disponibles et nous entrons avec 2 super héroïnes, un pingouin et deux animaux non identifiés.

Les japonais sont des professionnels du karaoké et ils chantent magnifiquement. Les français sont, disons …. plus approximatifs, mais il paraît que le ridicule ne tue pas.

 

A 21h30, nous rentrons en traversant le parc d’Ueno toujours ouvert et éclairé.

 



03/05/2017
2 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour